Et voilà une nouvelle sortie club rondement menée.

Pour la faire courte, certains avaient 4 jours de disponibles puisque le 14 juillet tombait cette année un mardi.
Une semaine avant ce long week-end, un check météo a rapidement éliminé les sites de Normandie et des Vosges (trop de vent) et une grande partie des sites des Alpes (vent du Nord soutenu).
Par contre le massif central était volable et surtout Millau alliait conditions correctes pour le vol et une bonne chaleur. Ces 4 jours allaient nous permettre de partir un peu plus loin que d'habitude.
Nous nous sommes retrouvés à 4 (Julie, Lucas, Gilles et moi) + Sophie qui était déjà sur place avec son Logan aménagé en camping-car et qui nous a fait le tour des sites de déco et des attérros.
Puncho d’Agast en NO, O et S avec 3 attérros possibles le long du Tarn et Brunas en N avec atterro possible au sommet ou en vallée. Le tout à 20mn de notre camping Huttopia avec l'immense atterro delta dans le champ à côté.

Sans n'y avoir jamais été, j'avais entendu parlé de Millau pour
- son viaduc
- son soleil généreux
- les nombreuses activités annexes au vol libre (canoë-kayak, VTT, escalade, canyoning, …)
- ses restitutions exceptionnelles

Alors prenons les choses dans l'ordre :

Le viaduc : on ne peut pas le manquer. On le voit de tous les sites. Majestueux.

Le soleil généreux : Oui il a fait chaud. Et qui dit chaleur dit aussi thermiques généreux. On a eu des conditions calmes le matin, généreuses et ventées en journée et nous avons pu voler 2 soirs au coucher du soleil. Lucas qui venait d'avoir son brevet initial a bien profité des vols du matin et a pu faire 1 vol un soir. Les autres ont aussi été sages et ont su renoncer quand le vent ou les conditions étaient trop fortes. Gilles, Julie et moi avons tous à un moment ou à un autre préféré aller nous poser pour nous reposer des thermiques qu'il fallait continuellement gérer. Bref on s'est fait balloter, tartrer, défoncer au point de ne plus toujours apprécier. Mais en prenant des marges (et des attérros suffisamment grands) et en renonçant quand il y avait trop de vent, nul doute que ces expériences viendront étoffer nos capacités de pilotes.
Ne croyez pas que nous avons été déçus pour autant. Même si ça a été difficile, nous avons tous apprécié notre week-end de vol. Gilles a fait son premier cross « tout seul », Julie a pris de bons thermiques et a réussi à poser 1 fois dans le terrain (celui des Deltas qui doit faire une quinzaine de terrains de foot – 500m x 200m) et moi j’ai fait repose au sommet à Brunas, un petit cross « comme prévu » et surtout un thermique avec une quinzaine de vautours. Magnifique.

Nombreuses activités annexes au vol libre : Comme il a fait chaud, nous ne nous sommes pas essayés aux activités trop physiques. Nous nous sommes contentés de quelques petites baignades sur la plage du camping, de quelques siestes, de nombreuses bières locales et quelques assiettes aveyronnaises (pâté, jambon, aligot, fromages de chèvre et roquefort). Je ne dirai rien de plus sur ce sujet même si on pourrait encore parler de visite culturelle d'un village fortifié du Larzac de l'époque des templiers et hospitaliers.

Des restitutions exceptionnelles : Il y a eu des restitutions mais pas exceptionnelles. En fait, nous avons eu pas mal de vent et quand il faiblissait, il ne restait plus grand-chose à se mettre sous la voile.

En conclusion, que ça fait du bien ces week-ends de vol !
De vrai vacances entre copains. Et en plus, on a accumulé les vols. 30 vols à nous 4 et aucun incident. On a l'impression d'avoir quitté Paris depuis au moins 1 semaine !

Une chose est sûre, je vais continuer à proposer des sorties dès que possible.

Et vous ?

Voilà un week-end rondement mené.
Comme toujours, il faut savoir saisir les opportunités. C’est ce que 5 d’entre nous avons fait pour notre plus grand bonheur.
Moi, j’avais mon vendredi et le week-end de libre.
Julie était à Lyon professionnellement et allait rejoindre son loulou (Lucas) qui lui, terminait son stage progression à Talloires.
Ben, toujours chaud, était partant pour le week-end.
Enfin Quentin a eu la gentillesse de passer nous faire un petit coucou, lui qui habite maintenant à Lyon. Malheureusement disponible que le samedi.
Lucas étant sur place, Julie ayant la seule voiture du groupe et la météo étant propice, c’est tout naturellement que nous nous sommes retrouvés à Talloires.

Vous n’allez pas lire beaucoup plus, je vous connais. Les jeunes comme vous tous préfèrent les images. Ça viendra mais il me faudra un peu plus de temps.

Alors juste quelques impressions.
Il a fait beau. On a pu voler les 3 jours. Au moins 1 vol le matin et un vol l’après-midi ou le soir.
Il n’y a que Lucas qui s’est dévoué pour l’organisation des journées en prétextant une déchirure musculaire en décollant. Grâce à la semaine de stage, il passe tout de même d’une expérience de 4 vols à 21 vols avec une belle maitrise des décollages et atterrissages. Bravo et soigne toi bien Lucas, le prochain stage et les prochaines étapes de ta progression sont pour bientôt.
Mention spéciale aussi à Lucas qui n’a pas ménagé ses efforts pour recruter au club les 4 parisiens qui étaient en stage avec lui.
L’autre impression marquante était la banane sur le visage de Ben, Julie et moi le samedi soir.
Super vol de restitution (avec 500m de gain tout de même) depuis la Forclaz pour Ben et Julie, fantastique traversée des Bauges pour moi (53pts CFD en 2h08)
Et puis je suis fier de Julie qui n’a rien lâché lorsqu’elle était brassée dans les basses couches pour se retrouver au-dessus des dents de Lanfont et de tous les parapentistes. Ne reste plus qu’à essayer de poser sur le terrain d’atterrissage (Talloires n’est pas « petit », tu devrais y arriver au moins 1 fois sur 6).
Fier aussi de Ben qui semble être à l’aise dans les conditions douces comme dans celles un peu plus teigneuses sur des sites très fréquentés. On n’a pas volé ensemble mais les décos et atterros étaient nickel. Reste concentré, humble, ne cherche pas à bruler les étapes car tu es à l’aube d’un merveilleux voyage.
Quentin quant à toi, tu as 2 solutions. Soit tu rentres à Paris et tu te remets sérieusement au parapente, soit tu t’installes proche du Banchet et tu fais gite et atterro pour tous les membres du club.
Enfin pour éviter tout commentaire sur mes performances, je vous promets d’être plus méticuleux lors de la préparation de mes prochains décollages (comme je le fais d’habitude en biplace, quoi).

En conclusion, malgré un printemps difficile, on attaque tous l’été avec de belles images en tête et une belle envie pour la suite.

Je vous propose de regarder la vidéo. Tout y est dit !

https://vimeo.com/479347189

Nous voila rentré. C'est l'heure de faire le Compte-Rendu.

Oui, encore un week-end qui nous a permis de faire de beaux vols. Certains diront au vu des déclarations CFD que c'était bon partout dans les Alpes et que Saint Hilaire aurait été meilleur.

Mais l'important n'est pas forcément la longueur mais plutôt le plaisir que l'on en retire.

Et vu les sourires, dès samedi, je savais que nous avions fait le bon choix.

Nous, c'était Karim, Philippe et moi. Puisqu'il n'y avait qu'une voiture, nous sommes allés voler à Planfait au dessus du lac d'Annecy.

Karim a déjà 15h de vols cette année. Pour Philippe, c'est la reprise. Et pour moi, la reprise, c'était la semaine dernière. J'ai donc 2h30 de vol cette année.

Les plafonds ne sont pas annoncés très hauts : vers 1500m. Mais l'objectif est surtout de faire du volume.
A 13h, ça tiens et on se met en vol. Philippe reste 1h30 sur la crête du déco. Karim n'apprécie pas l'aérologie. De mon coté, je trouve les thermiques puissants mais assez larges pour les exploiter. Je monte "aux dents de Lanfont", jusqu'à 1700m avant de me laisser glisser au bout du lac jusqu'à Doussard.

Retour au déco à 16h. Nous attendons un peu pour que les thermiques s'adoucissent. Nous décollons donc vers 17h pour 2h de vols beaucoup plus tranquilles qu'en début d'après-midi. Les plafonds sont même à 1900m.
Philippe reste encore au dessus du déco sans aller vers les dents. Karim va monter au dents pour aller poser à Doussard. Je le suivrai quelques minutes plus tard.
Retour en stop à la tombée de la nuit, récupérés par 2 pilotes qui ont fait des cross (un a traversé les Bauges et posé en Belledonne).

Pour nous, l'objectif de dimanche sera de monter aux dents (une première) pour Philippe, et aller sur le roc des boeufs (une première) pour Karim.

Après le passage à l'heure d'été, nous ne nous attardons pas avec messieurs Macron et Sarkozy qui sont passés dans la région. Les Notam autour des lieux visités ne nous empêchent pas de voler. Nous décidons de voler un peu plus tôt que la veille. Avant les premiers thermiques (entre 5 et 20mn de vol) puis vers 16h pour ne pas rentrer trop tard à Paris.

Ce 2ème vol de la journée nous permettra d'atteindre nos objectifs.
Philippe monte aux dents et va se poser à Doussard. Il refera un nouveau vol par la suite et remontera de nouveau aux dents.

Pendant que je suis à 2100m, Karim passe 45mn pour s'extraire du déco. Je craque et passe sur le roc des boeufs. Ma radio lache aussi.

Je fais mon vol et 1h plus tard, je croise Karim sur le roc des boeufs. Haut et seul. On termine le vol ensemble sans arriver à reprendre sous le col de la forclaz. Tant pis, ce sera pour une prochaine fois.

Les objectifs ont bien été remplis. 4 à 5h de vol chacun. Des nouveaux itinéraires. Les thermiques ont été appréhendés, les plafonds ont été faits. On est prêts pour la suite de la saison.

On ne va pas vous mentir, on est rentré sur Paris un peu tard (1h-1h30 du mat) et on était un peu dans les nuages (ou dans le bleu) tout ce lundi.

Nous avons 211 invités et aucun membre en ligne