Voilà un week-end rondement mené.
Comme toujours, il faut savoir saisir les opportunités. C’est ce que 5 d’entre nous avons fait pour notre plus grand bonheur.
Moi, j’avais mon vendredi et le week-end de libre.
Julie était à Lyon professionnellement et allait rejoindre son loulou (Lucas) qui lui, terminait son stage progression à Talloires.
Ben, toujours chaud, était partant pour le week-end.
Enfin Quentin a eu la gentillesse de passer nous faire un petit coucou, lui qui habite maintenant à Lyon. Malheureusement disponible que le samedi.
Lucas étant sur place, Julie ayant la seule voiture du groupe et la météo étant propice, c’est tout naturellement que nous nous sommes retrouvés à Talloires.

Vous n’allez pas lire beaucoup plus, je vous connais. Les jeunes comme vous tous préfèrent les images. Ça viendra mais il me faudra un peu plus de temps.

Alors juste quelques impressions.
Il a fait beau. On a pu voler les 3 jours. Au moins 1 vol le matin et un vol l’après-midi ou le soir.
Il n’y a que Lucas qui s’est dévoué pour l’organisation des journées en prétextant une déchirure musculaire en décollant. Grâce à la semaine de stage, il passe tout de même d’une expérience de 4 vols à 21 vols avec une belle maitrise des décollages et atterrissages. Bravo et soigne toi bien Lucas, le prochain stage et les prochaines étapes de ta progression sont pour bientôt.
Mention spéciale aussi à Lucas qui n’a pas ménagé ses efforts pour recruter au club les 4 parisiens qui étaient en stage avec lui.
L’autre impression marquante était la banane sur le visage de Ben, Julie et moi le samedi soir.
Super vol de restitution (avec 500m de gain tout de même) depuis la Forclaz pour Ben et Julie, fantastique traversée des Bauges pour moi (53pts CFD en 2h08)
Et puis je suis fier de Julie qui n’a rien lâché lorsqu’elle était brassée dans les basses couches pour se retrouver au-dessus des dents de Lanfont et de tous les parapentistes. Ne reste plus qu’à essayer de poser sur le terrain d’atterrissage (Talloires n’est pas « petit », tu devrais y arriver au moins 1 fois sur 6).
Fier aussi de Ben qui semble être à l’aise dans les conditions douces comme dans celles un peu plus teigneuses sur des sites très fréquentés. On n’a pas volé ensemble mais les décos et atterros étaient nickel. Reste concentré, humble, ne cherche pas à bruler les étapes car tu es à l’aube d’un merveilleux voyage.
Quentin quant à toi, tu as 2 solutions. Soit tu rentres à Paris et tu te remets sérieusement au parapente, soit tu t’installes proche du Banchet et tu fais gite et atterro pour tous les membres du club.
Enfin pour éviter tout commentaire sur mes performances, je vous promets d’être plus méticuleux lors de la préparation de mes prochains décollages (comme je le fais d’habitude en biplace, quoi).

En conclusion, malgré un printemps difficile, on attaque tous l’été avec de belles images en tête et une belle envie pour la suite.

Nous avons 319 invités et aucun membre en ligne