La coupe du club 2002 est lancée!
27 km depuis Les 2 Amants NW

Pour les jeunes du club : méfiez-vous des "vieux"...     ;-)

Jeudi 21 février, 10 heures du mat' : coup de fil de François Decarout: "Salut Jean-Marc, ont va voler aux Deux Amants avec Yannick et Franck, veux-tu te joindre à nous?"
- "Ouais... ( dubitatif) vous croyez vraiment que c'est volable?"
- "Si, si, on a pris la météo, c'est tout bon ! "
- "Ok, je vais voir... Bon vol dans tous les cas. Salut."

Coup d'oeil à travers la fenêtre parisienne de mon 6éme étage : soleil, ciel bleu avec quelques cirrus, le filet à pigeons qui me sert de ventimètre, remue faiblement il doit y avoir 15 à 20km/h.
Je me re-concentre sur mon ouvrage délaissé quelque minutes plus tôt, et puis m.... j'y vais. Après tout c'est mon anniversaire, (j'ai 51 ans aujpurd'hui) je peux bien m'offrir ce cadeau.


12h30 au déco, la bande est là. Hyper motivés les garçons !
Yannick et Francois comme d'habitude sont les premiers en l'air suivi de Franck Arnaud.
Je me retrouve seul au déco, pestant de n'avoir pas réinstallé ma voile sur ma sellete après quelques biplaces faits le dimanche précédent.
J'ai eu le droit bien évidemment à quelques commentaires sarcastiques sur "le poids des années".

Vexé, chauffé à blanc, je m'empresse de rejoindre la bande de vautours. Peine perdue !
Ils sont déja 400m au dessus du déco et je les vois, la mort dans l'âme, décaler vers le plateau, enroulant tous ce qu'ils trouvent.
Franck est le premier à partir, François et Yannick restent à bonne hauteur, mais ne se décident pas. Je les vois revenir à l'aplomb du site, ce qui me redonne de l'ardeur, très vite éteinte : le vent est complétement tombé et au retour de la pointe sud-ouest j'ai juste le temps de faire une repose au déco !
Enfin François se décide, abandonnant lâchement Yannick et disparait hors de portée de vue.

Dépité, reprenant un peu de souffle ( eh ! oui le poid des années !), je regarde l'heure : 14h30 ! C'est foutu, me dis-je !
Un pilote arrive que je ne connais pas. Quelque mots échangés : - Vous êtes là depuis quelle heure ? Combien sont partis ? Dommage que le vent soit tombé !
Face à moi, passant devant le déco, un pilote me salue : c'est Roland Wacogne. Je le suis des yeux et le vois enrouler sur la pointe Sud-Ouest, accrocher le thermique et ne plus le quitter ! C'est le troisième parti !

Un rayon de soleil, la manche se redresse, j'étale, gonfle et me remets en l'air.
Quelques allers-retours me font sentir que tout n'est pas perdu, surtout que Yannick a repris de l'altitude.
Je m'applique, me concentrant sur le moindre bip de mon vario.
Le pilote inconnu s'est mis en l'air plus rapidement que moi : il rejoint Yannick.
Je passe au dessus de la maison de retraite, bip bip bip... il est là...! Je m'accroche, je vois Yannick et l'autre pilote se décaler sur les champs derrière le bois : en quelques minutes ils me mettent 300m !
J'y vais. Bon dieu c'est faible ! 0,5-0,7 m/s, le lache pas... !
400m, 600m, ca y est, je le tiens !
Un coup d'oeil autour de moi, je ne vois plus Yannick mais toujours le pilote inconnu au moin 200m au dessus. Je me reconcentre sur mon vario, enroulant
inlassablement du + 0,8 à 1 m/s. Pas de dérive, le vent est faible mais le ciel est chargé en cumulus. Il fait froid. 1200m! J'ai toujours en visu le déco.
Je décide de monter au maximun, de rejoindre l'autre pilote qui me semble 100m plus haut. 1350m allez, c'est bon... je transite vers la rue de nuages qui se forme le long des boucles de la Seine.

Ma radio crépite :
- "François à Jean-Marc, François à Jean-Marc, est-ce que tu peux faire une récupe pour 3 pilotes ?"
Je rigole, le JMG avec "le poid des ans" il est à 1300m et va bientôt vous passer au dessus ! Ma commande radio ne marche pas et je ne peux pas lui répondre, dommage.

Nous ne sommes que 2 en l'air, l'autre pilote toujours un peu plus haut. A l'approche des Andelys je suis toujours à 1300m, j'observe l'ombre des nuages au sol, cherchant les zones les plus ensoleillées. Un cumulus face au soleil, le vario s'excite, j'enroule, je monte à 1400m. A ma gauche je vois l'autre pilote, je suis surpris, quelques instants plus tôt je l'avais en visu face à moi. Il semble à la recherche d'une bonne poussée !

C'est moi qui l'ai ! +3 c'est parti... je m'offre le nuage pour mon anniverssaire ! Je monte, j'ai l'onglée, ça fait mal j'insiste.... Hourra ! 1500m ! Je suis à la base d'une masse grise immense, au loin je devine Mantes la Jolie.
Bon dieu quel vol, quel spectacle avec ce soleil qui commence à décliner vers l'horizon ! Il est 16heures. J ai assisté à la lente descente de mon compagnon de vol inconnu et à son atterrissage. Je suis heureux, j'ai froid, je me laisse glisser en transition survolant quelques hameaux en direction d'un axe routier dont le trafic me fait penser à une nationale.

Un champ en jachère à proximité d'un hameau, un feu de broussaille qui me balise la dérive du vent, le froid et la fatigue, allez go !
Je suis encore à 600 m mais je n'ai plus la "gniake" pour continuer : 360 engagés pour le plaisir et attérro à Fontenay-en-Vexin, à 27km du déco, il est 16h10.

J'ai 51ans, je suis heureux comme un gamin.

Récupéré par Franck, félicitations chaleureuses (merci Franck), retour aux Deux-Amants, à l'approche nous apercevons 2 voiles évoluant dans le coucher du soleil. Ce sont Yannick et François, qui après s'être posés à la Roquette, se sont précipités à Connelles !
Quelle pêche!

Jean Marc Gierkowicz
( 51 ans... )

Nous avons 59 invités et aucun membre en ligne