Le Thermique Francilien a organisé cette année deux stages de pilotage cet automne. Le premier groupe de motivés est donc passé entre les mains savantes de David Eyraud, pionnier de la voltige en parapente et expert ès-situations tordues, ce weekend du 1, 2 et 3 octobre 2010.

Explications pratique par David Eyraud

Le petit groupe s'est retrouvé jeudi 30 Septembre en marge de l'A6 pour organiser les deux véhicules. Pascal, Franck, François, Maxime, Michel, Jérôme et Alain (invité remplaçant au pied levé Gilles), une fois répartis dans des voitures où l'espace libre ne permettait que vaguement aux corps de se faire une place. Arrivée sur Thônes à 2h30 du matin, pour un démarrage prévu aux Passagers du Vent à 7h30, autant dire que ça va être difficile.

Et pourtant dès le premier jour de stage, les choses vont s'enchaîner parfaitement. la météo déjà : alors qu'on annonçait la pluie encore deux jours plus tôt, c'est en fait un ciel bleu masqué par quelques nuages bas qui nous accueille autour du lac, de ceux qui vont monter et faire place à une superbe journée d'automne. Certes un peu en retard le vendredi matin, nous rencontrons Delphine (la 8e participante, petit bout de femme alsacien mais grosse consommatrice de ces stages) et David, et c'est parti pour 3h de théorie. Prise de connaissance des niveaux et souhaits de chacun, suivie d'un gros point de théorie du tangage, qui constitue la base de la pédagogie de David, retour sur la marche arrière de sécurité, les fermetures et tout le tintouin. Nous terminons en établissant le programme du premier vol de chacun : évaluation pour les redoublants que sont Pascal, Franck, Maxime, Jérôme et Delphine, tangage intensif pour les novices que sont Alain, François et Jérôme.

Débriefing à l’atterrissage du bout du lac

Et très vite deux objectifs se dessinent pour la petite équipe : comprendre pourquoi Pascal s'entête à hurler "FRANCE TELEVISIONS", et... le mettre à l'eau. Pascal, il a emmené la Morpheus, petite voile allemande qui aime les tumblings en temps normal, très dynamique et qui a tendance à passer à l'envers à la moindre esquisse de wingover. On se penche vaguement dans la sellette, un poil de commande et ziou, à l'envers. 

Le second vol donnera l'occasion à chacun d'approfondir les thèmes abordés : les anciens jouent l'autorot', l'aile de Franck refuse catégoriquement l'exercice (ce qui est bon signe si elle joue la même carte en condition réelles), les nouveaux s'essaient aux 360 engagés avec dissipation d'énergie en sortie. chaque vol donne l'occasion d'un débriefing détaillé, puis d'un briefing du vol suivant. Sous le soleil, assis sur le gazon, parce que les bons jours c'est bien aussi.

Notre champion de plongeon du week-end

Un troisième vol durant lequel les anciens attaquent les marche arrière, et les débutants insistent sur les 360, alors que Jérôme attaque les fermetures, et il est déjà l'heure d'aller débriefer. Trois bonnes heures, passionnantes, seront nécessaires en salles, avec revue des vidéos de la journée, pour pouvoir valider les acquis et discuter technique avec notre expert.

Le premier jour se termine vers 21h15, reste à trouver un resto prêt à nous accueillir, ce qui n'est pas une mince affaire. Pizza et couscous, et au lit.

Le second jour, la météo enchaîne avec plus de ciel bleu. Briefing matinal puis on monte à la Forclaz de bonne heure. La brise n'est pas encore installée, les autres stages décollent et se font appuyer instantanément. Plus malins que ça, nous patientons une petite heure. Puis c'est le moment. Les premiers décollent. Au programme des anciens, plus de marche arrière, pour les nouveaux, fermetures. Vient le tour de Pascal qui décolle.

Débriefing avec David jusqu'à 21H00. La journée fut longue, ...

Alors qu'il commence sa série, je décolle. j'arrive au dessus du box alors que la radio crie "bras hauts bras haut bras hauts BRAS HAUTS", puis j'aperçois sous moi une aile jaune et noir qui provoque quelques éclaboussures. Le reste du groupe enchaîne sans problème, et nous nous retrouvons sur la plage pour sécher la morpheus, la sellette, le secours. C'est samedi et nous ne sommes plus le seul groupe à faire un stage au dessus du lac, et beaucoup se retrouvent à l'eau, plus par ratés à l'atterro (brise nulle au sol, faut pas arriver trop haut face au lac) que par incidents en vol.

Le reste de la journée se passera sans la Morpheus, avec des décros, des marche arrière, des autorot pour les nouveaux, bref, des sensations fortes. Michel et Max tentent la SAT, l'aile de Max s'avérera finalement inapte à entrer en SAT. Michel y parvient. Franck ne fera pas le dernier vol, devant rentrer sur Paris en train. Certains se mouilleront encore les fesses dans le ruisseau qui traverse l'atterro et en seront quittes pour replier le secours au milieu du gite à minuit, mais pas de casse.

Merci Laurent !

S'ensuit le débrief vidéo, puis un barbecue sympathique chez Laurent à Doussard, où Max démontrera son expertise ès-Merguez.

Troisième jour, au programme plus de SAT, wingovers et décros... mais le vent n'est pas de la partie et la journée est pliée vers 13h. Pas de vol, dommage, les pilotes étaient maintenant bien chauds et alertes. Le bilan de ce weekend : grosse expérience, toute l'équipe a appris à maitriser son équipement, à se sortir de situations scabreuses, et à analyser les mouvements, réactions physiques et aérodynamiques de son aile et de ses actions, afin de pouvoir contrôler les incidents que nous pouvons rencontrer sous nos bouts de chiffons en vol.

Pouvoir sentir en étant guidés par la voix d'un des experts sur le sujet, permet également de se rassurer à ceux d'entre nous qui se sont parfois sentis impressionnés par des réactions qui étaient somme toute normales. Connaître pour mieux anticiper.

On rentre à Paris avec une grosse faim de voler, sachant qu'on sera plus sereins et tout simplement meilleurs pilotes la prochaine fois !

Pour les photos c'est par ici.

Nous avons 18 invités et aucun membre en ligne