C’est une question à laquelle il est difficile de répondre exactement dans la mesure où il n’y a pas de moteur. Le vol libre exploite deux sources d’énergie pour faire simple : la hauteur du vol ou dénivelé du site et les vents ascendants sur la pente ou les thermiques.

« Oui d’accord mais pour avoir une idée ? »

On va considérer que notre parapente descend à 1 m/s. Si on est sur un site de 350 m de hauteur la durée de notre vol sans ascendances va donc être de 350 s, soit près de 6 min. Sur 1 000 m 1000 s, soit un quart d’heure, tout ceci en conditions calmes. Ceci dit, un vol court peut paraître très long et inversement ! C’est très subjectif selon qu’on se sent bien décontracté, hyper stressé ou pire, malade avec une seule envie : se poser vite. On peut toujours abréger un vol mais il est parfois plus difficile de le faire durer en l’absence d’ascendances suffisantes.

Le vent est un allié pour décoller et pour rester en vol tant qu’il n’est pas trop fort car, en passant sur la pente, il crée une zone montante appelée dynamique.

Il vaut mieux un vol tranquille et plus court qui donne envie qu’un vol prolongé plus sportif qui secoue et dissuade. C’est comme en bateau. Sortir pour une première fois par force 7 et grosse houle c’est le mal de mer assuré et pas envie d’y revenir !

Nous avons 68 invités et aucun membre en ligne