Crédits photos de Charles-Antoine BAVEREL et Virginie ROVIRA 

Briefing au décollage

Une semaine a passé depuis mon petit tour des Bauges et je vois que la prochaine compétition est l’Open des bauges, à Aillon-le-Jeune au cœur du massif, décollage depuis le Mont Pelat (1540 m) au nord de Montlambert, avec vue à l’est sur la Combe de Savoie et à l’ouest sur l’intérieur des Bauges. Inscription de dernière minute et me voici avec le Team PIDF dans le gîte situé au-dessus de la fromagerie du village, forcément il faudra y aller faire un tour !

Laurence décolle du mont Pelat

Les chasseurs alpins du 13ème BCA ont magnifiquement organisé la compétition, tout est carré, le sourire en plus ! La météo est avec nous et le directeur d’épreuve va nous offrir deux splendides manches : samedi, avec le vent du nord, il faut rester protégés sur les flancs est des Bauges, dimanche avec un léger sud ce sera la grande balade dans les Bauges avec un petit tour au lac d’Annecy.

Attente au start au dessus du Charvet

Les conditions sont ce qu’on appelle généreuses et avant le Start samedi, 93 pilotes se rodent au-dessus du Charvet, jouant à chat avec un gros nuage déjà très actif et mouvant. Une fois évité le posé à Monlambert subi par certains, les choses se passent plutôt bien sur tout le début de manche où l’on visite Gratteloup au nord, l’atterrissage de Montlambert au sud, puis le sommet est de la Dent d’Arclusaz, à nouveau le sommet du Charvet et ensuite le point dur, comme son nom le laisse imaginer : le Plan de la Limace.

Le start a sonné !

Certains vont s’y retrouver collés justement et ne pourront pas revenir le long du flanc ouest de la Dent d’Arclusaz, ayant négligé le meilleur plafond avant de s’y jeter, ou ayant dû y renoncer pour cause de nuage le condamnant au vol à vue. Le thermo-dynamique qui me remonte vers la Dent m’endort et je me réveille un peu tard pour partir à 90° vers le Mont Pelat, fin de la section vitesse. J’ai de la chance et accroche finalement le cylindre par le bas avant de contourner par le col pour rentrer au goal à Aillon. Bonne nouvelle, plus de la moitié des pilotes a bouclé.

Dent d'Arclusaz et combe de Savoie depuis la balise de l'atterrissage de Montlambert

Après les 43 km d’hier, dimanche matin, la manche annonce 54 km optimisés : après le décollage au Mont Pelat, start et 1ère balise à la Galopaz, puis grande ligne droite jusqu’au Roc des Bœufs afin d’aller faire la 2ème balise au pied du Semnoz. Déjà là les options sont diverses, avec une route plus ou moins à l’est en utilisant ce qui commence à ressembler à des rues de nuages.

Décollage du mont Pelat

Je quitte un peu tôt le Roc des Bœufs, ce qui me force à y revenir au lieu de continuer directement vers le Margériaz. Peut-être que cela m’a sauvée car, avec le nouveau plafond fait au Roc, j’arrive à la pointe nord du Margériaz bien au-dessus de nombreuses voiles en souffrance. Le DE avait prévenu, raccrocher au Margériaz c’est compliqué mais après ce sera plus facile.

Pointe nord de la manche avec vue sur Annecy

C’est là que je double pas mal de monde en me sortant plus rapidement de ce temps faible. Je remonte alors la crête jusqu’à la balise de Thoiry en longeant une falaise incroyable. Un dernier bon plein et hop le Colombier et zou le goal à Ecole juste de l’autre côté du Colombier.

Raccrochage pointe nord du Margériaz

J’ai cru avoir oublié une balise à suivre des voiles hors compétition. Mais je passe la ligne 5 minutes avant l’arrêt de la manche pour cause d’hélicoptère. Je pense qu’une dizaine de pilotes bouclent hors délai, rude punition aux points. Au final seulement 13 pilotes Sport, dont Boris et moi, et 4 pilotes Elite seront crédités de la manche bouclée.

Falaise du Margériaz

Quel beau week-end ! 2 manches superbes et 19 franciliens, dont 4 représentants du Thermique Francilien : Boris HADJUK (9ème et meilleur francilien), Robert MOUILLET (22ème), Pascal ROZE (69ème) et moi-même (10ème et 2ème fille).

Podium filles

Nous avons 845 invités et aucun membre en ligne